Sélectionner une page

Stage La Londe – Dimanche

par 24 Avr, 2016Blog0 commentaires

Levé 7h, nuit agité (soleil de la veille ? excitation, stress…).

Mise en place d’un petit rituel quotidien, préparation des affaires de la journée : trifonction, t-shirt, gourdes, …

Petit déj, à 7h30. Déjà quelques-uns sur place. Au menu, céréales, miel, jambon, fromage. Sabrine arrive… « Joyeux anniversaire… joyeux anniversaire… » Quelques bises et on remet la tête dans le bol. Hugo se fait bâcher sur son IronMedoc, le 2ième coach, suisse, en prend aussi pour son grade. François est tombé du lit, il est là à 8h ! Incroyable ! Allez on se prépare pour la première séance.

9h : travail des transitions. On s’installe sur un parking pas loin. Les vélos contre le grillage, quelques plots pour délimiter l’entrée et la sortie de l’air de transition. Yves, le coach, nous explique les règles du jeu. En place, go pour quelques tours d’observation. On part par 3 ou 4 en courant au vélo, on trocs les chaussures de course contre celles de vélo, on prend le biclou jusqu’à la sortie, grimpé de vélo, tour du parking, descente de vélo et retour au point de départ. Après l’observation, l’explication. Il nous expose quelques techniques avec avantages et inconvénients : on ne tient pas le vélo par l’avant (potence ou guidon) mais par la selle, explication de la montée sur le vélo en fonction de choix chaussures aux pieds ou déjà cliqué sur les cales, pareil pour la descente… quelques rappel sur le règlement : porte du casque attaché, lieu de pied à terre. Bref, instructifs et les rappels font pas de mal. On refait l’exo plusieurs fois. Quelques vacanciers passent notamment un couple de retraité qui part en balade VTT, ils sont de Praz sur Arly. Le temps de leur dire que je suis aussi de ce coin de la Haute-Savoie et de leur souhaiter bonne balade, je repars à « mes occupations ». Pour l’instant c’est tranquille mais ça fait du bien de travailler ça car c’est un truc que je fais à l’entrainement. Cela ne peut donc pas faire de mal pour le jour j.

 

L’heure passe vite, on retourne à la résidence avec une heure de coupure. RDV à 11h direction la plage. On enfile la combi, il y a du vent mais la mer est calme, très peu de clapot mais un peu de courant tout de même. L’eau doit être à 15° mais on y rentre plutôt facile, au bout de quelques mouvements j’ai plus froid. On fera 3 aller-retour jusqu’à une bouée (jaune) situé à 250m soit 1500m. Je prends mes marques sur le 1er A-R, le 2ième dans mon rythme, et je termine allure course. L’eau est translucide, on voit le fond sur tout le parcours, des algues, des poissons, c’est vraiment génial. Je manque un peu de souffle quand même, la tête qui tourne en me remettant debout, la combi comprime un peu et je n’ai pas grand-chose au compteur. Le vent se clame le temps de se changer. Par contre, j’appréhendais l’eau salé, mais plutôt bien passé.

Je me rends compte que j’ai presque doublé ma distance depuis le début de l’année : de 2km je passe à 3,5 !!! Mais chuuuuttt le coach pourrait m’entendre.

 

On rentre, une bonne douche et rinçage combi. A la soupe ! Crudité, pâtes, haricots, tarte au chocolat avec une bougie et une chanson pour Sabrine. C’est parti pour 1h de sieste, cet après-midi, on attaque les choses sérieuses. J’ai beaucoup de mal à m’endormir malgré la nage en mer, je reste allongé, calme.

14h. trifonction, manche courte par-dessus, chaussures de cap et vélo et crème solaire, le soleil tape fort. Ce sera 3x 14km de vélo enchainé avec 2 km de cap. On fait le premier tour de vélo en reco, sur l’aller on croise le club de Saint Cyr en sortie vélo. Le monde est vraiment petit, ils sont aussi en stage de l’autre côté au Lavandou. Le retour du parcours est vent de face, ce n’est pas la même, ça va piquer dans pas longtemps. On s’arrête à notre pseudo « aire de transition » au départ d’un chemin de balade stabilisé. Yves donne les consignes et surtout une que personne n’a écouté (ou n’a pas voulu entendre) : « Ce n’est pas les championnats du monde !!! ». On part comme des balles ! Je reste derrière, on est que dimanche. J’en remonte quelques-uns et trouve mon rythme, je me laisse vite prendre au jeu, je termine le tour à bonne allure. Hop sur le biclou et je lâche les chevaux, j’en passe encore 2­-3. Je vois François pas loin, une bonne cible que j’accroche au viseur. J’attaque le retour, les premiers sont déjà loin devant, je remonte petit à petit François jusqu’à le passer, on se relais un peu. Enchainement course à pied, les mollets commencent déjà à crier lactique sur les premiers 200m. C’est vraiment dur ce changement de rythme, sans aucun doute un des buts de l’exercice ! François est juste devant mais il court plus vite, il reprend de l’avance, je le verrais plus. Je suis vraiment en mode course, je joue le jeu à fond. Retour au parc à vélo, Yves s’est amusé à changer les vélos de places pour nous désorienter, ça n’aurait pas marché avec moi. C’est parti pour la dernière boucle vélo… seul… personne dans le viseur devant, personne dans le rétro derrière. Un Renault se rapproche doucement mais sûrement, je ne lâche rien quitte à ce que ça pique dans les cuisses… et ça pique. La dernière transition est mortelle. Les crampes lancent dès la descente de vélo, le coach dit que c’est dans la tête, je confirme que c’est bien dans les mollets !!! Je sers les dents, plus que 2 km de cap. Un coucou à nos 2 photographes officielles histoire de montrer qu’on garde le sourire dans l’effort. Je termine sur les rotules. J’ai joué jusqu’au bout. Il me faut 5 bonnes minute pour m’en remettre, j’ai même droit aux félicitations de François et Christophe, plutôt surpris de ma « perf ». ça fait du bien au moral… à voir si je tiens la semaine à ce rythme car j’ai attaqué fort quand même. Sabrine a droit à sa « ola » à son arrivée, c’est vraiment sa journée.

On fait une photo de groupe dans les vignes, on rentre, douche, diner à refaire le monde (du triathlon bien sûr !) et gros dodo. Belle journée qui annonce une sacrée semaine.